14
déc
2015

Laurent Combier

Entre hier et aujourd’hui, Vallée du Rhône et Catalogne du Sud, bavardage impromptu avec le vigneron Laurent Combier du domaine du même nom.

 

La famille

« Les racines rhodaniennes de la famille remontent à 1936. Camille, mon grand-père, a acheté quelques hectares de terre et s’est lancé dans la culture des abricotiers et de la vigne. Il faisait lui-même son vin. Quant à mon père, Maurice, qui a pris sa suite en 1963, il préférait vendre son raisin au négoce local. La cave actuelle a été bâtie en 1990 et le domaine où m’a rejoint Julien, mon fils, compte aujourd’hui une cinquantaine d’hectares dont trente en vignes. Le Clos des Grives en est la parcelle historique : les vieilles vignes, plantées en 1952, y donnent une syrah de grande qualité. Grâce à nos différentes parcelles, on joue aussi à assembler les différents terroirs de Crozes-Hermitage. »

 

La nature

« Mon père a fait le choix du bio en 1969 alors que triomphaient les Trente Glorieuses et, avec elles, l’agriculture productiviste. Comme tous les pionniers, il lui en a donc fallu de l’entêtement pour tenir bon et naviguer à contre-courant. Il avait entendu parler de la nécessité de conserver des "sols vivants" et ça l’avait positivement marqué. Pour lui, être paysan vigneron, c’était d’abord s’imprégner d’un terroir et le préserver pour en sortir le meilleur. Bien sûr, comme tout pionnier, il a dû apprendre, expérimenter, commencer à nouveau mais chaque erreur était une leçon qui lui a permis d’avancer. Quant à moi, né dans le bio, c’était inconcevable de faire autrement. »

 

Le Priorat

« À la base, c’est une histoire humaine, une histoire de copains. Avec Jean-Michel Gerin, vigneron en Côte-Rôtie, et Peter Fischer, vigneron en Coteaux d’Aix-en-Provence, nous nous connaissons depuis longtemps.  Au cours d’un voyage d’études en Catalogne du Sud, nous avons découvert le Priorat, un vignoble en pente, situé sur des terroirs de schistes, dur à travailler mais magnifique. En 2002, aidé par un vigneron local, nous avons fait l’acquisition de quelques hectares et créé le domaine du Trio Infernal, concrétisant notre envie de vinifier de nouveaux cépages et de découvrir un terroir différent. Vraiment une sacrée aventure et une belle histoire ! »

 

Bonus – L’accord qui va bien

« Par ce mois de décembre propice aux grands dîners en famille et aux repas de fêtes, notre Crozes-Hermitage Clos des Grives rouge 2013* tiendra parfaitement la conversation à la dinde de Noël…  Bon appétit et joyeuses fêtes ! »

 

* Voir le clip dédié au Clos des Grives 2013.