21
oct
2014

Expo - L'histoire de la Cave de Tain

Mais au juste, c’est quoi une cave coopérative ? Les 25 et 26 octobre, la Cave de Tain répond à la question au travers d’une rétrospective proposée pendant le Fascinant Week-end Vignobles et Découvertes. L’occasion de s’intéresser à l’émergence, dans la France de l’entre-deux-guerres, des coopératives viticoles.

 

En 1933, une centaine de viticulteurs des bords du Rhône se regroupent pour mettre leurs moyens en commun et décharger les vignerons des soucis liés à la vinification, à la conservation et à la commercialisation des vins. De leur union naît la Cave de Tain. Réunis sous la présidence de Louis Gambert De Loche, ces petits producteurs s’inscrivent dans une double dynamique.

 

Celle de la structuration de la filière viticole tout d’abord, symbolisée par le vote de la loi du 4 juillet 1931 sur la viticulture et le commerce des vins. Mais aussi celle des coopératives rurales qui se développent à travers le pays. À une époque où le crédit est rare et la formation inexistante, elles permettent au producteur de disposer d’un cadre structurant sans qu’il ne perde son indépendance puisqu’il est à la fois usager et sociétaire de la coopérative à égalité avec les autres producteurs.

 

Les valeurs qui ont accompagné sa création seront au cœur de la rétrospective proposée par la Cave de Tain, qui s’intitule joliment « De 1933 à 2014. S’inspirer du passé pour construire l’avenir ». Jean Chanas, ancien administrateur de la Cave, évoquera notamment la figure de Louis Gambert De Loche, qu’il a bien connu.

 

À sa suite, d’autres intervenants raconteront, en lien avec l’évolution du contexte social, l’histoire de la Cave de Tain des années 1930 jusqu’à nos jours. « Notre ambition, notre passion et notre priorité, c’est faire comprendre nos vins si renommés en les inscrivant, au travers de notre activité œnotouristique, dans une histoire, celle d’un terroir mais aussi celle d’une philosophie et d’un savoir-faire », résume Xavier Gomart, directeur de la Cave de Tain.

 

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’histoire du mouvement coopératif

 

 

Pratique
Samedi 25 et dimanche 26 octobre, à 10 h 30 et à 16 h :
1h de visite pour découvrir l’histoire de la Cave de Tain, de sa création en 1933 à aujourd’hui, ainsi que les différents procédés de vinification au travers des années.
Tarif : 8 € par personne. Réservation obligatoire.

Cave de Tain
22 route de Larnage 26600 Tain-l’Hermitage
04 75 08 91 86 - www.cavedetain.com

 

Fascinant Week-end Vignobles et Découvertes, c’est aussi…

Balade dans les vignes, speed tasting, repas champêtre… Il y en aura pour toutes les gourmandises à l’occasion du Fascinant Week-end Vignobles et Découvertes, les 25 et 26 octobre! Domaines, caves, restaurants et hébergeurs de l’AOC Crozes-Hermitage et des environs ont multiplié les propositions. Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte.

www.fascinant-weekend.fr

 

 

 

L’histoire du mouvement coopératif

 

L’histoire des coopératives débute en Angleterre où la Révolution industrielle du début du XIXe siècle, qui a cassé les modèles économiques traditionnels, rend nécessaire de nouvelles formes d’organisation, de la production… jusqu’à la consommation. Réponses à l’exode rural, les premières coopératives sont d’ailleurs des coopératives de consommateurs.

 

L’idéal mutualiste qui est le leur traverse la Manche et inspire les grands penseurs sociaux de France et d’Allemagne : deux pays dans lesquels elles essaiment au cours de la deuxième moitié du siècle. Outre-Rhin, apparaissent les premières coopératives de producteurs, d’abord dans les régions ouvrières puis dans les campagnes.

 

En France, c’est le secteur laitier qui est le premier, à la toute fin du XIXe siècle, à s’organiser en coopératives, suivi par le secteur viticole. La première cave coopérative est fondée en 1901 à Maraussan, dans le département de l’Hérault. Les coopératives céréalières ne naîtront que dans les années 1930, à la suite de la grande crise de 1929.

 

Pour en revenir au vin, si les premières caves sont créées dans les premières années du XXe siècle, le grand boom n’a lieu qu’après la Première Guerre mondiale, quand la consommation de vin en France explose. De 92 en 1920, leur nombre passe à 834 en 1929 ! Aujourd’hui, du fait des regroupements, on ne compte plus que 690 caves coopératives et unions, ce qui représente tout de même 84 000 vignerons coopérateurs.