26
juil
2016

Blaise Vavro (Vavro & Co, Lyon)

« On a voulu une cave comme un lieu ouvert, propice aux échanges. » À Lyon, Vavro & Co, marchand de vin depuis 2003, a ainsi trouvé refuge dans de grands volumes situés sur la rive gauche du Rhône. Là, dans un décor de matières brutes, Blaise et Erica Vavro ont aménagé des rayonnages façon bibliothèque où il propose un gros millier de références, toutes triées sur le volet. « On voyage énormément. Chaque vin est le résultat d’une rencontre, souvent issue d’une curiosité », raconte Blaise. « On aime beaucoup défricher les jeunes vignerons audacieux et qui ont le respect de l’environnement. D’ailleurs, on a aussi une clientèle plutôt jeune et ouverte. Ce qui ne nous empêche pas d’être fidèle ». Exemple avec cinq vignerons de Crozes-Hermitage.

 

Laurent Combier

« Il a l’âge de mes parents mais je l’adore ! On vend du Clos des Grives depuis l’ouverture de la cave : pour nos clients, c’est quand même une référence qui rassure. Il nous a fait confiance de suite. Nous, nous étions épatés d’avoir accès aux vins d’un tel monsieur. »

Lire aussi : Laurent Combier, de père en fils

 

Emmanuel Darnaud

« Il y a une dizaine d’année, on goûte la cuvée des Trois Chênes dans un restaurant. On adore mais on ne connaît pas le domaine. On appelle, Emmanuel répond et nous dit  ̎Venez  ̎. On monte dans la voiture, on se voit et on commence à travailler en direct. Emmanuel venait juste de se lancer. »

Lire aussi : Emmanuel Darnaud : « après les cuvaisons, le travail continue »

 

Alain Graillot

« Il s’invite à l’inauguration de la cave. Il avait entendu parler de nous par d’autres vignerons. Et il vient avec un flacon de La Guiraude, millésime 1999. On rigole. Depuis, on suit les aventures de la famille, on achète le premier millésime du Domaine des Lises, le domaine de son fils Maxime. On devient amis. En plus, ce sont des gens, Alain et Maxime, qui savent vous soutenir quand il le faut. »

 

David Reynaud

« On a acheté son tout premier millésime. C’était en 2003, la cave venait d’ouvrir ! David était venu nous le faire goûter. C’était une année complexe en Vallée du Rhône mais le vin nous avait plu, avec un bel équilibre. Et puis on avait bien accroché avec ce grand patachon de David ! En plus, le vin a bien progressé, vers plus de fraicheur et de finesse. »

Lire aussi : David Reynaud, biodynamique

 

Gilles Robin

« Ses vins font partie des premiers que j’ai dégusté en tant que professionnel. J’en garde un très bon souvenir ! C’est aussi l’un des premiers vignerons à être venu présenter ses vins à nos clients. Il est très agréable de travailler avec lui. Je crois d’ailleurs qu’on n’a raté aucun de ses millésimes. Il faut dire qu’on a de vrais addicts parmi les clients ! »

Lire aussi : Gilles Robin : slow wine, good wine